Menu
Partenaires
A l'affiche

  Un soir, un livre 
  14 novembre 2018

 

 

Apollinaire
Le mal-aimé

  LECTURE  ET MUSIQUE
  Bibliothèque Bussy-Rabutin 
  15 novembre - 20h30 

  Exposition 
  Texte et textile 
  Au fil des mots 

  Bibliothèque Bussy-Rabutin 
  Du 16 octobre au 17 novembre 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Recherche

Yunbo et Daniel Bart

 Yunbo et Daniel Bart ont participé à la 21°Fête du Livre d'AUTUN les 07 et 08 AVRIL 2018


Daniel Bart a tout fait : du théâtre avec Ariane Mnouchkine, du cinéma avec Jean Eustache, de la télévision avec Stellio Lorenzi puis avec Georges Cravenne,  coordinateur général des Césars, des 7 d’or et de Molières, de la production internationale pour l’agence de mannequins Elite, dont il crée les shows au Maroc, en Tunisie et en Chine. Ou presque tout fait : il n’avait pas encore écrit de livre….

Yunbo Bart n’a rien fait : elle a été professeur d’anglais en Chine et est aujourd’hui peintre à Paris.

BŇć est leur premier roman co-édité par Cent Mille Milliards et Descartes & Cie :
Que faisions-nous dans les années 1960 alors que la population chinoise affrontait le monstre terrifiant de la révolution culturelle ? BŇć a 4 ans en 1966 quand ses parents subissent le pouvoir totalitaire des jeunes Gardes rouges. Longtemps après, elle revient avec simplicité et non sans tristesse et incrédulité sur ces années furieuses.

" Elle ne pouvait pas se taire, elle ne voulait pas taire sa fureur.
Si sa fureur restait là, tapie dans son ventre, elle allait mourir.

Alors, elle était sortie en courant, elle courait sous la pluie, elle hurlait, elle hurlait sous la pluie,
elle criait des phrases que personne ne comprenait, des mots que personne ne pouvait entendre, tellement la pluie en se fracassant sur toutes les ferrailles couvrait le chant de sa douleur. La pluie faisait un tel vacarme que plus rien n’existait autour d’elle. Elle était seule.

Elle hurlait son impuissance, elle hurlait les mots qu’elle en
pouvait même pas oser chuchoter à la maison, elle hurlait ce qu’elle avait gardé trop longtemps enfermé dans sa poitrine.
Elle pleurait.

La pluie dégoulinait sur son visage et sur ses vêtements. Ces vêtements collaient à son corps. Ses larmes se mélangeaient
au déluge du ciel.

Sous cette tempête de grêle, on aurait pu croire qu’elle dansait ! Les arbres se pliaient sous la force du vent qui clamait son innocence et couvrait ses mots. »