Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
17 janvier 2018


  Ecouter lire 
   Le Carnaval des Z'animals 
14 janvier 2018

 

  Graines d'écrivains 2018
date limite : 31 janvier 2018 

 


Recherche

Calixthe Beyala

Calixthe Beyala a participé à la 12ème Fête du Livre d'Autun, les 18 et 19 avril 2009.

Le roman de Pauline (Albin Michel, février 2009) : «Ça ressemble à quoi une Africaine qui a été à l'Université ? Ça ressemble à quoi une Noire intelligente qui est responsable du rayon fromages chez Casino ? Ça ressemble à quoi une négresse rouge érable qui est obligée de se faire féconder par le premier Blanc venu pour ne pas crever sans enfant ?» Calixthe BeyalaPauline a quatorze ans et vit à Pantin entre une mère qui la néglige et un frère délinquant. Elle n'admet qu'une loi, celle de la rue, pas tendre avec les filles, et ne va à l'école que périodiquement. Pauline, une fille de banlieue ordinaire, à la fois soumise et révoltée, ne connaît que la violence et voudrait être aimée.
Calixthe Beyala en restitue l'itinéraire, les drames et les espoirs secrets avec humour, tendresse et liberté, dans un style alerte et brutal qui en rend le destin incomparablement vrai.


Le Journal de Saône-et-Loire (20 avril 2009)

Bibliographie sélective : C'est le soleil qui m'a brûlée (Stock, 1987), Tu t'appelleras Tanga (Stock, 1988), Maman a un amant (Albin Michel, 1993), Asséze l'Africaine (Albin Michel, 1994), Les Honneurs perdus, (Albin Michel,1996), La Petite Fille du réverbère (Albin Michel, 1998), Amours sauvages (Albin Michel, 1999), Lettre d'une Afro-française à ses compatriotes (Mango, 2000), Comment cuisiner son mari à l'africaine (Albin Michel, 2000), Les arbres en parlent encore... (Albin Michel, 2002), Femme nue, femme noire (Albin Michel, 2003), La Plantation (Albin Michel, 2005), L'homme qui m'offrait le ciel (Albin Michel, 2007).

Calixthe Beyala est née au Cameroun en 1961. Issue d'un milieu modeste et d'une famille nombreuse, élevée par une soeur de quatre ans son aînée, Calixthe Beyala quitte Douala à l'âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Le baccalauréat en poche, elle se marie et se consacre à des études de gestion et de lettres.
Ses nombreux voyages en Europe, en Afrique et dans le monde la sensibilisent à bon nombre de cultures et lui apportent en partie l'inspiration nécessaire pour passer à l'écriture. Elle signe son premier roman à vingt-trois ans. Son oeuvre a depuis reçu de nombreux prix et distinctions : Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire en 1993 pour Maman a un amant (Albin Michel) ; Grand Prix de l'Académie Française en 1996 pour Les Honneurs perdus (Albin Michel) ; Grand Prix de l'Unicef en 1998 pour La Petite Fille du réverbère (Albin Michel). Elle est par ailleurs Chevalier des Arts et des Lettres.
Très connue à l'étranger, notamment aux États-Unis, elle est considérée comme l'un des auteurs majeurs de la francophonie.
Parallèlement à son travail d'écriture, Calixthe Beyala soutient différentes causes : la lutte contre le Sida, la promotion de la francophonie ou encore la dénonciation du manque de représentation de la société multiculturelle dans les médias, l'univers économique et politique de la société française au sein du collectif Egalité dont elle est Présidente.