Menu
Partenaires
A l'affiche

Un soir, un livre 
  25 juin 2018

 

  Monsieur Le Blanc
était une femme
 
   Conférence
de Gérard CHAZAL
 
Lecture par Ecouter-Lire



  Moulin de Chazeu 
  Jeudi 24 mai - 20h30 


   Festival  du théâtre amateur   

Théâtre d'autun - 6€
Du 25 mai au 3 juin
Voir agenda Sortir à Autun

 

 

 

 

 

 

 

 


Recherche

Zoé Valdès

Zoé Valdés a participé à la 12e Fête du Livre d'Autun,en avril 2009.
Elle est revenue les 14 et 15 avril 2012


Zoé VALDES est née à La Havane l'année où Fidel Castro a pris le pouvoir à Cuba. Elle a fait partie de la délégation cubaine à l'UNESCO (1983-1988), puis de l'Office culturel de Cuba à Paris. Elle a aussi dirigé une revue cinématographique, Cine cubano. Elle est l’auteur de nombreux romans traduits en français, dont Danse avec la vie, chez Gallimard, 2009, de poésie, de livres pour la jeunesse, d’essais, dont La fiction Fidel, en 2009 aussi. La révolution castriste hante ses romans. Même exilés, ses personnages sont d'abord Cubains.
 Dans Le néant quotidien, elle dénonce la faillite économique du régime et les privations de liberté imposées à la population de l'île. C'est le premier livre vraiment critique à l'égard du régime qui soit écrit par un auteur vivant encore à Cuba au moment de sa publication et qui ne souhaite pas émigrer. Lorsque le roman sort en 1995, le régime de La Havane décrète Zoé Valdés « persona non grata ». La romancière s'installe à Paris. 
Avec La douleur du dollar en 1997, elle signe son plus grand succès littéraire. Le style est à la fois cru et tendre, le propos à la fois violent et sensuel. La toile de fond décrépie, c'est La Havane. Autre obsession de l'auteur : l'exil, la distance, le manque de cette terre où elle est née et qui ne veut plus d'elle. Ce sentiment lui inspire La sous-développée et Café nostalgia
En 2002, Les Mystères de La Havane, moins politique et plus ethnographique, évoque les légendes cubaines. En 2007 L’éternité de l’instant s’inspire de l’histoire de sa famille, de la Chine à Cuba.

Elle est revenue à Autun avec son dernier roman Le paradis du néant, aux éditions J.-C. Lattès, roman tragi-comique, traduit de l’espagnol par son traducteur habituel Albert Benssoussan, suite lointaine et bouleversante de Le néant quotidien, et dont l’héroïne Yocandra connaît l’amertume de l’exil, à Miami, puis à Paris, le passé qui vous rattrape dans une course pour la liberté.


Zoé Valdés lors de la Fête du Livre d'Autun en avril 2009.