Menu
Partenaires
A l'affiche

  Eve ou la folle tentation 


   Musée Rolin
du 23 juin au 15 octobre 2017
 

 

   Arts et livres en Ouche 

 
    30 septembre et 1er octobre 
Bligny-sur-ouche

 

Un soir, un livre 
  6 septembre 2017

 


 


 

 


Recherche

Pierre Fyot

 Pierre Fyot était présent à la 13e Fête du Livre d'Autun (24 et 25 avril 2010)

Né en 1923, Pierre Fyot a rejoint la Résistance en 1943 et participe ensuite aux campagnes d’Alsace et d’Allemagne avec la 1ère Armée. En 1947, il s’engage en Indochine puis s’installe en 1950 comme médecin dans un petit village du Djurdjura en Kabylie. En 1969, il répond à l’appel de la Croix-Rouge française qui demande des volontaires pour le Biafra ravagé par une guerre ethnique. Ce sera enfin l’aventure humanitaire de Médecins sans frontières et Médecins du Monde dont il est l'un des membres fondateurs.


© Vincenti Isabelle

Lors de la 13e Fête du Livre d'Autun, il a présenté 
« Le Carnaval des ardents - Les Années vert-de-gris » (éditions de l'Armançon)

L'histoireSainte Juliette prie pour Monte-Cristo ». Comme chaque soir nous écoutions la litanie des messages qui s’égrenaient sur les ondes de la France Libre, envoûtante magie incantatoire de phrases mystérieuses réservées aux initiés. Brouillée par le fading du vieux poste à galène, la voix reprit : « Nous répétons : Sainte Juliette prie pour Monte-Cristo. »
Cet hommage personnel à celle qui m’avait sauvé annonçait notre parachutage. Ces mots qu’on attendait depuis si longtemps sans trop y croire effaçaient d’un coup le long cauchemar de l’hiver.

Des frasques de son insouciante jeunesse à la dure réalité de la Résistance, Marc, étudiant en médecine, a suivi un parcours quelque peu chaotique. Difficile de vivre ses vingt ans sous l’occupation nazie et vouloir devenir un héros comme Papa-Verdun.
L’auteur porte un regard lucide sur ces sombres années dans ce roman où humour, truculence, émotion, tendresse, alternent avec le drame des combattants de l’ombre. Si parfois il parle avec légèreté de choses graves, d’avance il prévient le lecteur en citant Beaumarchais : « Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ».