Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
   21 novembre 2017

 

  Graines d'écrivains 2018

date limite : 31 janvier 2018 



 

 


 


 

 


Recherche

La malédiction des loups

Ambrine Langlois, Collège Saint Joseph, 89000 Auxerre

Une petite fille nommée Lydia se promenait dans la forêt pour échapper à un contrôle. Mais elle ne se doutait pas que des monstres rôdaient non loin d'elle... Des loups ! Mais pas n'importe quels loups, des loups guidés par une sorcière qui les obligeait à capturer des enfants pour les manger.

Habituellement les loups ne sont pas méchants mais ils étaient obligés de servir la sorcière, car un jour, les loups avaient été sauvés d'un groupe de chasseurs par la sorcière.

Et Lydia fut kidnappée par les loups. Malchanceuse ? Pas tant que ça, car le plus jeune et insouciant des loups, qui se nommait Simbad, lui raconta la malédiction.

Ce que Lydia ne savait pas c'est que non seulement elle pouvait parler avec les animaux, mais aussi qu'elle était élue pour sauver les loups de la malédiction.

Ainsi que le disait Simbad « Il ne faut pas se lancer à l'aveuglette », alors il lui enseigna quelques bases de la magie.

Une fois la sorcellerie apprise, Lydia fut emmenée par Simbad à la table de pierre pour y déposer son sang et annuler le maléfice. Seulement la sorcière courait toujours. Et elle s'était juré de tuer Lydia avant la pleine lune suivante.

Avant de tuer la sorcière, Lydia devait trouver la poudre de vérité, mais comme elle était très, très rare, il fallait affronter plusieurs péripéties pour l'obtenir. Elle devrait affronter le feu, l'eau et le vent. Le feu serait représenté par un dragon, l'eau par une fée et le vent par une girouette magique.

Lydia affronta le dragon et la fée sans peine mais une fois arrivée à la girouette elle perdit tous ses moyens. La girouette lui dit : « Ma petite, je vais te poser une question, si tu réponds bien tu pourras passer mais sinon je te donnerai à manger aux crocodiles. Si un coq est perché en haut d'un cabanon, qu'il pond un oeuf, et que ce dernier tombe dans une rivière, se cassera-t-il ou pas ? » Lydia réfléchit longtemps avant de trouver, puis elle répondit « Non, il ne se cassera pas car un coq ne pond pas d'oeuf ». La girouette très surprise, la laissa passer.

Lydia marcha longtemps sur un sentier avant d'arriver à une fiole contenant du sable. Elle voulut la toucher mais à peine l'avait-elle effleurée, qu'un génie en sortit. Lydia lui expliqua qu'elle ne voulait pas tuer la sorcière. Le génie lui dit aussitôt : « Dans ce cas, tu devras lui restituer ses pouvoirs qui la rendent méchante. Pour cela tu auras besoin de la fleur de vie qui lui retirera ses pouvoirs et la rendra gentille ». Puis le génie retourna dans sa fiole, ne disant plus que six mots : « Dans le château de la sorcière. »

Lydia comprit que la fleur se trouvait dans le château de la sorcière. Pour la trouver elle décida de faire diversion avec l'aide des loups. Ils attireraient la sorcière dans la cave, pour que Lydia puisse prendre la clé de l'armoire qui se trouvait dans la chambre de celle-ci. Mais dans la chambre pas de fleur ! Lydia désespérée eut une larme qui glissa sur sa joue et qui, atterrissant sur le sol, se changea en fleur. Elle ne sut jamais pourquoi.

Une fois que la petite Lydia eut saupoudré la fleur sur la tête de la sorcière celle-ci redevint gentille et remercia Lydia.

La jeune fille dit un grand merci à Simbad puis elle partit chez elle en regrettant bien ses aventures. Chez Lydia, le temps n'avait pas changé. La sorcière reprit une vie normale, devint conteuse.

Et c'est d'ailleurs elle qui vous conte ce récit...