Menu
Partenaires
A l'affiche

  Un soir, un livre 
  4 septembre 2018


 

  Dégustation littéraire 
  Mercredi 4 juillet 19h30
   Cellier de Benoît Laly 


 Avec le groupe Ecouter Lire 
  PRESENTATION



    Biennale d'art 
    contemporain 

Du 7 juillet au 26 août 
  Dossier de presse 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Recherche
Vous êtes ici: Accueil > Graines d'Ecrivains > Edition 2007 > Milou

Milou

Magali Marchat, collège François Mitterrand du Haut Morvan, Montsauche Les Settons, 58
 

Un matin, pendant les vacances d’été, je me suis réveillée dans la petite maison que mes parents louent au bord de la mer. C’était le dernier jour des vacances ici.

Mon chat était là à mes pieds, il dormait.

Je me suis habillée, préparée et suis descendue déjeuner. Ma mère était toute prête, elle m’a dit :

« Nous allons partir plus tôt. Le patron de ton père a téléphoné, il faut qu’il soit au bureau demain !

- Alors, nous partons ce matin ?

- Oui, va faire tes valises.

Après le déjeuner je suis allée rassembler mes affaires, mon chat n’était plus sur mon lit. Je l’ai dit à ma mère.

« Ne n’inquiète pas, j’ai demandé à ta sœur de s’en occuper. »

Ouf ! J’étais soulagée bien que ma sœur soit insupportable.

Tout le monde était prêt, nous sommes donc partis. Il y avait deux heures que nous étions sur la route. Tiens ! J’étais étonnée que Milou ne miaule pas comme d’habitude. J’ai prévenu mes parents. Ma mère a demandé à mon père de s’arrêter. On est sorti de la voiture, ma mère a ouvert le coffre du monospace. La cage à chat était sur un des deux sièges, elle l’a prise…

Plus personne n’osait parler. Milou n’était pas dans la boîte ! Tous les regards se tournèrent vers ma sœur. Ma mère arriva à dire quelques mots :

« Tu as… encore… tu as encore… encore oublié ! »

Ma sœur, cette tête de linotte, n’a su dire comme d’habitude que :

« Oups !

- On y retourne ! » cria maman.

Quand on est arrivé, papa ne retrouvait pas les clefs de la maison. Après cinq minutes enfin il les a retrouvées. Nous nous sommes précipités, le chat était là, derrière la porte, il dormait sur le paillasson. Nous l’avons câliné pendant un quart d’heure et nous sommes repartis, avec lui, cette fois-ci.