Pierre Vaude



Pierre Vaude participe à "Lire sous les tilleuls" le 26 juin 2021

Il est déjà venu à la Fête du livre d'Autun en 2019

image : /upload/Annee 2021/F_2021_VAUDEp_Portrait.jpg

Pierre Vaude est un littéraire depuis son enfance, grâce à son père et aux livres qu’il collectionnait dans la bibliothèque familiale, où il pêchait à loisir pour vivre de grandes aventures. Plus tard, le théâtre et la mise en scène lui permettront de conceptualiser ses propres univers.
Il est l’auteur de deux romans noirs, de quatre romans intimistes, d’un abécédaire de mots singuliers et abracadabrantesques, de deux pièces de théâtre soit plus de vingt ans de création silencieuse en marge de son travail. Depuis 2019 il a décidé de proposer ses œuvres à la publication.
Ses romans sont des histoires de rencontres humaines où l’intrigue est étroitement mêlée à la philosophie de l’existence. Le lecteur ne se sent jamais très loin du narrateur qui s’immisce dans sa conscience, éveillant presque l’illusion de penser à sa place.

Trois  titres sont déjà publiés chez Encre Rouge :

image : Nomade Louisa

Nomade Louisa qu'il nous a présenté en 2019 se passe à Tournefeuille, un village improbable de Haute-Garonne lors d'un festival de marionnettes. Gabin, bénévole, y rencontre une inconnue,
Après une nuit de grande folie, elle s’enfuira de ses bras, sans un mot, sans un baiser. Gabin la cherchera, abandonnant toute raison pour tenter de la retrouver.

image : au bonheur des mots

Au bonheur des mots dictionnaire abracadabrantesque en collaboration avec Roger Bergeras qui liste les plus évocateurs, les plus amusants, des mots qui participent à notre vie de chaque jour, mais dont on n’a pas toujours à l’esprit, le sens exact. On y trouve les définitions les plus burlesques ou les plus étonnantes voire les plus foutraques, pour surprendre un lecteur avide de petites ou grandes et rocambolesques histoires drôles.

image : la nuit très tôt un matin

 La nuit très tôt un matin , 2020

« Modian, un architecte parisien, après s’être laissé entraîner par jalousie dans une mauvaise bagarre dont il ne veut pas assumer les suites judiciaires, prend conscience de l’usure quotidienne qui gangrène son existence. Il décide de fuir les ennuis, de quitter la femme qui le trompe, la routine de son travail, de prendre le large pour réfléchir et, après trois jours et trois nuits de routes improbables, il débarque de la cale d’un vieux ferry cabossé sur les quais de Makri, le port oublié de la plus perdue des îles grecques.

Quand il stoppe son auto et pose ses deux mocassins bien à plat sur leur territoire, il se débarrasse d’un coup des fatras de son propre univers. Aux premiers pas sur la terrasse d’argile battue, à l’ombre rassurante des canisses ensoleillées, aux premiers regards échangés avec les autochtones, avec Dimitrio le patron obèse au large sourire, Modian comprend qu’il est arrivé à destination, que c’est là son nouveau chez-lui.

Six mois passent à tenter de se faire oublier, avant que, descendant du même ferry délabré, Leonidia, une inconnue de passage, ne s’ingénie à bousculer ses habitudes et s’il n’y prend garde, sa liberté, sa vie. » (résumé éditeur) 

A cela s'ajoute un titre chez JDH Editions.

image : /upload/Annee 2021/S_2021_VAUDEp_Tueuse.jpg

La tueuse de Manhattan retrace l'histoire de Liliana, mère de Mario, qui vit dans le Bronx. Ce jour-là, Mario, victime d'un chauffard en fuite, est hospitalisé en urgence entre vie et trépas. Se réveille alors la profonde psychopathie de sa mère, qui fut incarcérée à la Centrale Presidio Modelo, la tristement célèbre prison dont elle a su s'évader. Le centre psychiatrique de Manhattan, où elle est désormais incarcérée, lui résistera-t-elle longtemps ? Quelles seront ses prochaines cibles maintenant qu'elle a décidé de s'enfuir à nouveau pour venger son fils ?