Menu
Partenaires
A l'affiche


Un soir, un livre 
   21 novembre 2017

 

  Graines d'écrivains 2018

date limite : 31 janvier 2018 



 

 


 


 

 


Recherche

Ma vie n'est que rage

Niveau 4e -  Sujet 1

 

Margaux LIMONET

Collège Louis Aragon 
CHATENOY-LE-ROYAL

 

Ma vie n'est que rage,

un jour le ciel me tombera sur la tête, à force de rêver.

 

Ma chère Cloé,

 

Paris, le 22 septembre 2008

 

Le temps est gris, les feuilles sont mortes, et l' ennui me hante. La pluie ne cesse de ruiler sur ma fenêtre de chambre, un oiseau s'est posé devant celle-ci et il me regarde avec patience, insistance. Tu me manques, depuis que tu es partie. J' espère que tu vas bien et que tu t'es fais de nouveaux amis. Ta dernière lettre était touchante, je n'ai pu te répondre plus tôt et j' en suis navrée. Mais une grande nouvelle ma donné l' espoir de te revoir bientôt. 0ui, mes parents m'ont demandé ce que je souhaiterais pour mon anniversaire. La seule chose que j' aimerais c' est passer une semaine avec toi. Je viendrai, j'en suis sûre. Marseille, me voilà ! Je pourrai enfin connaître tes amis et revoir tes parents. Ma vie est simple et modeste, mes défauts reviennent à la surface et j'ai beaucoup de chagrin, ne me demande surtout pas pourquoi.

Je ne sais pas si tu te rappelles notre défi, mais voici mon portrait chinois. J' ai hâte de recevoir le tien pour comparer et désigner le gagnant.

 

Si j'étais un arbre, je serais un bonsaï. C'est un arbre du Japon, il est petit, déteste le froid et il peut vivre longtemps. Mon tout premier bonsaï a vécu 5 ans. Je l'ai reçu un jour d'automne, je n'avais que 6 ans et je m'en occupais comme jamais, c'était un peu mon bébé.

Si j'étais une fleur, je serais la Véronique, le bleu est une jolie couleur, c'est aussi le prénom de ma maman, de plus elle avait des vertus sur les plaies.

Si j'étais une saison, je serais l'été. Le soleil est arrivé et un trésor est né. Je suis née en été. Les vacances approchent, enfin avec ma famille.

Si j'étais un fruit, je serais une pomme. Ma mamie est championne pour les tartes aux pommes, je suis sa petite pommelette. Un jour je découvrirai son secret. Le secret se transmet de génération en génération. Ma grand-mère l'a reçu de sa mère, à ses 20 ans. Ma mère aussi l'a reçu à 20 ans. J' ai hâte d'avoir mes 20 ans pour enfin découvrir le secret.

Si j'étais un animal, je serais un ourson. Mon premier ours était gros et immense. Depuis, j'en suis folle!! Je les collectionne, ma chambre en est remplie. Il est arrivé un mercredi, je l'ai nommé kiki. Je m'en suis occupé, je ne le lâchais plus. Kiki prenait tous les jours ses trois repas en compagnie de moi-même, s'habillait et se déshabillait, se brossait les dents et dormait sur le coté de mon lit. Et puis j'en est pris un autre, puis encore un, et encore un, tous différents. Depuis j'en ai une vingtaine qui me supportent et kiki est toujours là ; oui d'accord il a vieilli mais il restera pour moi mon seul et grand amour.

Si j'étais une odeur, je serais le bois qui brûle. Le mari de ma nounou travaillait dans une usine de bois. Cette odeur le suivait à chaque fois qu'il rentrait ; depuis j'adore cette odeur.

Si j'étais un goût, je serais le goût de la fraise. Mon dentifrice le plus marquant a été celui que j'ai goutté et presque mangé. Ce dentifrice était à la fraise. Je l'ai beaucoup aimé, et heureusement mes parents m'ont expliqué, je n'en mange plus depuis.

Si j'étais un son, je serais le rire. Chaque jour je découvre un rire différent, mais le plus spectaculaire est le mien. Je deviens une sorcière, une chanteuse d'opéra et un bébé en même temps.

Si j'étais une image, je serais une image en noir et blanc, je serais une image authentique. J'ai une image accrochée sur mon bureau, c'est une image de mes arrières grands-parents. J'étais chez ma mamie, elle faisait le tri dans certains cartons et puis j'ai trouvé cette image Je les regardais, mes yeux se sont mis a piquer et une grande émotion m'a touchée en plein cœur. Je bredouillait, je contemplais leurs visages; leurs expressions, j'avais presque l'impression de les dévisager. En fin de compte je l'ai gardée.

Si j'étais une qualité, je serais le partage. Si on regarde bien les personnes autour de nous, beaucoup ne sont pas partageuses, c'est une qualité pour certains, mais un défaut pour d'autres.

Si j'étais un défaut, je serais maladroite, c'est la mon moindre défaut. Je déteste ce défaut, je le tiens de ma marraine. La première fois, je m'en suis rendu compte en vacances. J' ai cassé un verre, le lendemain j'apportais un thé chaud pour la tante de ma mère, je prenais soin de ne pas le renverser. J'étais optimiste, je me suis approchée délicatement, je sentais mon bras fléchir et puis j'ai lâché. Le thé est tombé, elle a hurlé, il était brûlant. Je ne pouvait plus la regarder, j'étais angoissée, gênée. Elle m'a souri et m'a dit que ces choses arrivent à tout le monde.

Si j'étais un verbe, ce serait chanter car c'est la joie. Quand une personne chante c'est qu'elle est heureuse. A l'âge de 3 ans mes parents me détestaient car je chantais comme une casserole.

Si j'étais une couleur, je serais le bleu. C' est la couleur du ciel, c'était aussi la couleur de mon mur de chambre. Mes parents croyaient que j'étais un garçon, ils m'avaient trouvé comme prénom Mathieu et la chambre a été peinte en bleu. Je suis née le 30 juin mais j'étais une fille,  mais mes parents avaient de l'avance et pensaient que j'étais un garçon. Ils avaient acheté le nécessaire, nous sommes rentrés à la maison, et là le cri. Ma chambre n'était pas rose bonbon, non, non, elle était bleu. Un bleu ciel avec des nounours et des nuages. Ce ne pas trop interpellé car à cet âge toute les couleurs se ressemblent.

Si j'étais un pays, je serais la Pologne. Mes ancêtres étaient polonais, j'aimerais un jour découvrir leur pays natal. Il fait froid c'est vrai, mais ce pays m'attire.

Si j'étais une destination, je serais la Sicile. Nous sommes partis en Sicile, c'était merveilleux, ces temples, la mer, le soleil, une destination magnifique.

Si j'étais une langue, je serais l'italien, mon parrain a des origines italiennes, je vais souvent en Italie, j'adore cette langue. Mon tout premier voyage, je m'en rappellerai toute ma vie. J'avais 5 ans, nous sommes arrivés, j'avais chaud, j'ai vu des milliers de gens qui prononçaient des mots italiens : "Che bel bambino"(quel magnifique bébé) ou "Margaux guardare (Margaux regarde). Mes parents me racontent souvent nos voyages, nos rencontres et mes bêtises.

Si j'étais un jour, je serais le dimanche. Le dimanche est le jour le plus important, je rencontre ma famille, on partage un repas...

C'est le même rituel. Ma mère prépare la table, le dîner, le samedi pour que tout soit prêt le jour venu. Le lendemain ce sont l'excitation, le stress, les disputes qui prennent place. Ma mère s'énerve car le plat n'est pas encore cuit ou ma soeur grignote à  l'apéritif. Moi je fais les lits, je passe l'aspirateur, mon père étend le linge ; tout le monde a un rôle très spécial. L'instant est proche, on sonne. Notre cœur bat à cent à l'heure, nous nous jetons un oeil pour voir si tout est impeccable. Ma sœur approche et la porte s'ouvre, au ralenti comme dans les films d'amour. Ma cousine se jette dans mes bras, je la fait tourner, suivi d'un baiser sur le front. La journée passe très vite, on parle de ses soucis, de ses nouvelles... c'est pourquoi le dimanche est mon jour préfère.

Si j'étais un chiffre, je serais le 30, c'est ma date de naissance.

Si j'étais une émotion, je serais la joie. Les personnes seraient heureuses. Elles chanteraient et danseraient. Je voudrais être cette émotion à cause d'une chanson de Charles Trenet "Y a de la joie".Cette chanson est passée à la radio. Mes parents l'ont chantée ce jour là. Ma mère m'a pris par les mains et elle a dansé avec moi. Je n'arrêtais pas de rigoler, mon père avait eu le temps de prendre la caméra et ils nous a filmés. Aujourd'hui, j'ai encore la vidéo et je la regarde de temps en temps. A chaque fois la même émotion me transperçait le cœur. Cette émotion était la joie.

Si j'étais un légume, je serais le brocolis. C'est un légume dont les enfants ne raffolent pas, mais contrairement aux idées reçues, c'est un légume très bon. Je me rappelle de mes petits pots pour bébé. Je les mangeais aux brocolis, aux carottes...

Si j'étais une matière, je serais l'S.V.T. J'aimerais devenir sage femme, je m'occuperai des bébés ...Ça ne fait pas très longtemps que j'ai décidé de faire ceci, mais je suis née pour ça.

Si j'étais un bonbon, je serais un harlequin. C'est le premier bonbon que j'ai goûté. J'ai reçu de ma maman un paquet d'harlequin. Ses couleurs m'ont tout de suite attirée, son goût est spécial, on dirait un mélange de goûts et de couleurs. Je pense aussi au personnage littéraire au farces vicieuses, maladroites et expressives.

Si j'étais un objet, je serais une paire de lunettes. Je pourrais voir la vie en grand. Quand j'étais petite; mon grand-père me racontait des histoires. Il perdait toujours ses lunettes ce qui prenait un temps fou, le temps de les chercher. Quand il les mettait je rigolais à en perdre la tête. Ses lunettes était immenses, rondes, ce qui lui donnait un visage de clown. J'imaginais qu'il avait un gros nez rouge, une grande bouche blanche ainsi qu'un chapeau pointu.

Si j'étais un signe du zodiaque, je serais le cancer. C'est mon signe. J'ai l'impression d'avoir des pinces pour pincer les gens qui m'agacent profondément.

Si j'étais un sport, je serais le foot C'est vrai, je suis une fille. Mais c'est peut-être le sport que je devrais faire à l'instant même. Comme je le disais auparavant, mes parents pensaient que j'étais un garçon.

Si j'étais une célébrité, je serais une chanteuse d'opéra. Je chante éperdument. Ma voix est grande, haute et aiguë. J'aimerais devenir juste comme ça chanteuse, mais je rêve, je rêve.

Si j'étais un lieu, je serais le ciel. Je m'occuperai des nuages, je dirais bonjour au oiseaux, je dirais aux avions de faire attention, je pourrais parler au soleil et chasser les nuages gris et noir.

Si j'étais une planète, je serais Mars. Je pense au mars qu'on mange avec du caramel et du chocolat. Mars est en plus une planète d'où on pense que la vie existe.

Si j'étais une déesse grecque, je serais Aphrodite. Aphrodite est la déesse de l'amour. Ainsi, je peux partager mon amour aux autres et autour de moi.

 

J' attends ta lettre, pour partager nos idées, nos remarques. Je t'embrasse tendrement, ton amie de toujours...

 

Pomme d'amour.